Back to home page

 

 

 

 Georges Mandel

 L’oublié du Panthéon ?


Georges Mandel, l’oublié du Panthéon

 

Jean Zay au Panthéon. On ne saurait que s’en réjouir. Il n’empêche. On ne peut oublier un autre que l’histoire, toujours  injuste, a  oublié: Georges Mandel, lui, que certains,  aux lendemains  de la Libération, promettaient au Panthéon. Jamais cela ne fût. Certes, Mandel, qui fut lui aussi ministre d’un gouvernement du Front populaire, était un homme de  droite. Serait-ce là, après tout, le motif de tant d’injustice ?

En 1943,   Émile Buré, qui avait dû lui-même s’exiler au Canada, écrivait dans un journal canadien « Ce serait par trop affreux vraiment de voir disparaître avant la victoire celui qui n’en désespéra jamais, celui qui lui consentit le sacrifice de sa vie, sans exhaler jamais la moindre plainte. Aux grands hommes la patrie reconnaissante. Nous conduirons Georges Mandela au Panthéon à notre retour. » Mais au retour, on le sait, il n’y eut rien.

En 1994, Nicolas Sarkozy avait promis à Claude Mandel (c’est elle qui me l’a dit) que si un jour il avait le bonheur de parvenir à la tête de l’exécutif,  il ferait entrer les cendres de Georges Mandela au Panthéon. On sait ce qu’il en fut. En 1996, j’avais moi-même demandé au gouvernement Jospin de décider du transfert des cendres de Georges Mandela sur la Montagne Sainte-Geneviève. En vain.

Dont acte, demain, Jean Zay, lui y sera et il n’y a rien à dire. Il fait partie des 11 parlementaires assassinés entre 1940  et 1944 au côté notamment de Gabriel Péri, de Marx Dormoy et de Georges Mandel. La décence interdit de distinguer entre les sacrifices. Toutes celles comme tous ceux qui ont versé leur sang sont égaux à jamais dans notre souvenir est dans notre reconnaissance. Et  pourtant…

Certes, il serait malséant de se livrer à quelques comparaisons que ce soit. Les victimes de la milice sont égales dans le supplice. Pourtant, si l’on analyse ce qu’a pu faire Mandel pour la France de 1917 à 1944, il n’est pas sûr qu’une comparaison objective tourne en sa défaveur. En une année où l’on prétend célébrer officiellement le centenaire de la guerre 1914 – 1918, comment oublier que lui, Georges Mandel,  à l’âge de 32 ans, à jouer les premiers rôles aux côtés de Clémenceau, pour tenir à bout de bras la France déjà envahie,  aux heures les plus terribles de 1918, pour l’amener jusqu’à la victoire. Un siècle déjà ! Ces services rendus à la patrie sont sans doute trop anciens. Le regard de l’histoire a changé. Pour la suite, laissons la parole au général De Gaulle: « Il avait entre les deux guerres exercé l’action nationale, ferme et républicain. Au moment du grand drame, lui n’a pas fléchi, il a fait son devoir et porter sa responsabilité, il en est mort, il est mort pour la France ». Non,  au moment du grand drame, lui n’a pas fléchi…  Sic transit Gloria Mundi ! Est-ce que, Georges Mandela paiera longtemps le tribut posthume d’avoir eu Nicolas Sarkozy comme biographe ?

Bertrand Favreau


 

Back to home page